ALERTE À LA GASTRO

Hier, je vous disais sur Facebook, que j’avais dû aller précipitement récupérer Loulou chez la Nounou car elle suspectait fortement une gastro chez sa fille. Et il s’est avéré que la suspicion était justifiée….

Bon en soit la gastro même si elle doit être surveillée, on a tendance à se dire que ça n’est rien du tout et qu’avec un traitement adapté ça passe vite.

Oui enfin.. Ça c’est valable surtout pour nous, adulte si on peut dire. Parce que en ce qui concerne les personnes vulnérables comme le sont nos bébés, bah……. Ça peut vite dégénérer!

Et c’est exactement ce qui est arrivé à Loulou en Février dernier.

Je venais tout juste de signer mon contrat de travail, après un bon moment d’acharnement (comme je vous en parlais justement dans mon précédent billet). J’avais des horaires spécifiques à tenir et notre ancienne nounou refusait de nous prendre Loulou trop tôt le matin sur le long terme.
Comme on ne savait pas encore si après ce 1er mois en CDD je serais renouvelée, nous avons chercher à le faire garder par quelqu’un d’autre ponctuellement.
Papi M et Mamie M on répondu présent pour une petite semaine. Ce qui nous soulageait beaucoup.

La semaine s’est bien passée. Mais sur la fin, Loulou a commencé à être malade. Une gastro apparemment. Son alimentation a été adapté et il était hydraté régulièrement. Ils ont vraiment géré la situation comme des chefs!

Seulement voilà, Loulou refusait toujours de manger. Rien ne passait.

Le matin avant notre arrivée, Papi M est allé à la pharmacie et ils ont refusés de lui donner quoique ce soit. Ce que je trouve assez révoltant d’ailleurs ! Heureusement que nous arrivions peut de temps après. Enfin même à nous, on ne nous à donner que de la solution de réhydratation !
Si mes souvenirs sont bons (ce que je ne garantie pas , tout est aller très vite), je crois que nous avons tenté de lui donner un demi Smecta.

Toujours est il que le lendemain, la gastro n’était toujours pas passé et que nous en étions donc au troisième jour, sans amélioration. Il semblait même que ça empirait.
Inquiet, Papa a décidé de l’emmener directement aux urgences et je l’ai rejoint.
Comme nous ne connaissions pas les hôpitaux des environs, nous avons chercher les urgences pédiatriques les plus proches et nous y sommes allé.

Alors je ne sais pas si c’est le timing qui a voulu ça ou pas, mais tout est allé assez vite.

À l’admission, l’infirmière nous a dit que notre Loulou semblait assez vif et qu’il n’y avait donc pas à s’alarmer.

Après un peu d’attente, on nous a fait passer dans une sorte de petite chambre. Encore une fois tout est aller très vite.
Dans la précipitation, Doudou a été oublié et pour aider Loulou a se détendre, Papa est aller le chercher. Pendant ce temps, médecin, puéricultrice et autre (ouaih je suis pas très au point sur tout ce qui est médical) se sont donc enchainés pour examinés Loulou.
Ça a durer des heures pour le coup. Ils ont même voulu lui faire une prise de sang. Et comme par hasard, quand Papa n’était pas là… Ce fut le pire moment que Loulou et moi avons eu à subir. Mon bébé déjà fatigué de la gastro et de cette journée sans fin, n’en pouvait plus après ça. Et j’étais pas mieux. Nous nous sommes installés dans le fauteuil de la chambre et avons attendu Papa avec Doudou.

Plus tard, une dame est venu nous annoncés qu’ils avaient décidé de le garder en hospitalisation. Sur le coup, j’ai pas compris qu’il voulait le garder et quand j’ai enfin compris, c’est comme ci tout s’écroulait. Je ne m’attendais pas à ça! Et Papa non plus d’ailleurs. J’avais l’impression, que c’était de notre faute.

On nous a expliqué que Loulou avait été très bien hydraté et que sans ça, son état aurait pu être très critique. Mais il avait perdu beaucoup de poids. Beaucoup trop même. Presque 12% de son poids initial (ce chiffre restera gravé très longtemps dans ma tête…). Et donc, pour cette raison, il fallait qu’il reste.

On nous a conduit dans un service de pédiatrie et on a installé Loulou. À la suite de la prise de sang, on lui avait installé un catétaire dans le bras. Ils n’ont donc eu qu’à lui branché la perfusion pour la nuit. On ne devait rien lui donner à manger. (Bon en même temps il réclamait pas non plus mais quand même…).

C’est Papa qui est resté avec lui la première nuit. Pour les suivantes, nous avons alterné chacun notre tour.

Le lendemain, Loulou s’est emmêlé avec sa perfusion. Alors j’ai essayé de le décoincé. Sur le coup, ça eu l’air de fonctionner. La machine a sonné mais c’est arrêter aussitôt.
À coté de ça, chaque fois qu’il voyait une blouse blanche, il poussait des hurlements à n’en plus finir de s’accrochait à nous.

Le jour d’après, alors que je l’habillais pendant que la perfusion était débranchée, j’ai remarqué que son bras avait gonflé comme jamais et j’ai cru devenir folle !! L’infirmière lui a alors tout retiré et m’a dit qu’il faudrait peut être le piquer de nouveau pour la remettre. Euuuuh non mais c’est pas sérieux là ?!?!?!?! Hors de question de refaire subir ça à mon Bébé !!!!!!!!!!
Heureusement, le médecin a jugé que ça n’était pas nécessaire et je vous dis pas mon soulagement !!!!

Les jours ont passés. Mon inquiétude sur son état était largement terminés. On s’occupait bien de lui. Malgré l’incident du bras. (Qui s’est résolue de lui même)
Par contre, une autre inquiétude est montée : celle de savoir quand mon Loulou pourrait rentrer à la maison!? On me disait qu’il devait d’abord reprendre du poids.
Encore et toujours cette histoire de poids. Mon bébé n’est jamais assez bien pour eux. Déjà à la maternité, il n’était pas assez gros, et puis avec la pédiatre, et maintenant avec eux !!!
J’ai tenté d’expliquer en long en large et travers, qu’il était difficile à faire manger déjà de base. Que là je voyais bien qu’il allait beaucoup mieux, qu’il avait retrouvé ses couleurs et un peu de ses belles joues ! Mais que pour la suite, il fallait qu’il rentre à la maison. Qu’il ne mangerait pas normalement tant qu’il ne serait pas chez lui! J’ai vraiment cru à un dialogue de sourd.

Pourtant au quatrième jour, le médecin nous a enfin autorisé à sortir avec lui. Je crois qu’on a jamais été aussi rapide à rassembler ses affaires et déguerpir de là ! Parce que même si le personnel était génial, l’hôpital on a jamais envie d’y rester.

Tout ça nous a vraiment chambouler. Alors aujourd’hui, quand j’entends parler de gastro autour de mon bébé, je l’éloigne le plus possible ! Il reste toujours un bébé fragile sur ce chemin là, et je n’ai aucune envie d’y retourner!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s